Parents: 10 phrases positives que l’on doit répéter à nos enfants

La confiance en soi, voilà ce que nous, parents, devons offrir à nos enfants pour leur permettre de bien grandir. Pour trouver les gestes qui rassurent et les mots qui apaisent, on vous dit tout ce que vous devez dire ou ne pas dire.

Dans son livre “10 phrases positives à dire aux enfants“, l’auteur américain Paul Axtell, spécialisé dans les questions de langage et de comportement, a recensé des phrases simples à l’usage des parents. L’enfant ou l’adolescent qui les entendra développera une véritable estime de soi via le regard et les mots de ses parents. Apprenez-les par cœur, employez-les régulièrement pour que ceux qui les entendent les répètent à d’autres. Les résultats se sont montrés impressionnants et immédiats.

Plutôt que d’utiliser des formules négatives et fermées au dialogue, Paul Atxell suggère d’employer des phrases plus constructives et définitivement, plus positives.

Je t’apprécie, Je t’aime

Ces deux expressions sont à utiliser dans votre discours avec votre enfant. La première donne plus de confiance à la personnalité de l’enfant que l’on apprécie pour  qu’il est, la seconde pour ce qu’il représente pour vous.

Tu apprends rapidement

Soulignez chaque progrès de votre enfant pour lui faire sentir qu’il évolue et apprend en permanence.

Merci!

Plutôt que de lui apprendre à toujours dire merci, les parents ne doivent jamais oublier de remercier leur enfant pour tout ce qu’il leur apporte. Merci d’être là, merci de nous apporter de la joie, merci de comprendre car le merci est un pilier de la psychologie positive.

Que dirais-tu si on se mettait d’accord à propos de… ?

Votre enfant a besoin de se sentir associé aux réflexions. Ainsi, il sentira que l’on a besoin de lui et que son avis a de l’importance. Associez-le à vos projets, trouvez des solutions communes et prenez des décisions collectives dans la famille.

Dis m’en plus…

Demander à un enfant d’en dire plus, c’est aussi s’intéresser à ses propos et valoriser ses idées. Et plus vous l’écouterez, plus il vous écoutera !

Lisons ensemble

Lire un livre à une enfant décuple son envie d’apprendre. En temps de tablettes, ordinateurs et autres outils de technologie, lui lire un livre présentera la lecture comme un plaisir et permettra des tas d’échanges constructifs.

Nous faisons tous des erreurs

Pour éviter qu’un enfant ne se décourage, il vous faudra toujours relativiser. D’autant que cette formule encouragera votre enfant à une certaine forme d’auto-compassion: il n’a aucune raison d’être dur avec lui-même.

Je te demande pardon ou je suis désolé

S’excuser après avoir commis une erreur, après s’être emporté ou avoir eu des mots durs, c’est essentiel. Ça rassure l’enfant et, en plus, ça l’encourage à faire de même…

Qu’en penses-tu ?

Cette phrase est essentielle pour faire participer un enfant à une conversation et à lui faire sentir que son avis compte. Elle le valorise immédiatement et l’invite à prendre sa place dans la famille.

Oui

Un parent doit savoir, le plus souvent possible, privilégier les phrases affirmatives. Car si un non a le mérite d’être clair, sans explications, il a aussi le don de briser la confiance d’un enfant.

Lire Aussi  Cocoon baby, la solution pour les futures et jeunes mamans marocaines

8 phrases à ne pas dire à vos enfants

  • Attends d’avoir des enfants et tu comprendras ! Il compendra quoi? Vous l’aviez compris vous quand vous étiez enfants? Sans négliger qu’en lui disant cela, vous lui faites sentir qu’avoir un enfant (c’est ce qu’il est) n’est pas une mince affaire. Résultat, vous lui inculquez sans le savoir, le sentiment de culpabilité.
  • Mais qu’est-ce que tu es encore entrain de faire? Traduisez, tu ne fais que des bêtises, tu es maladroit donc sentiment de rejet.
  • Sois gentil avec ta petite sœur sinon… Et pourquoi sa soeur ne serait pas gentille avec lui? De plus la menace qui suit s’inscrit dans sa tête comme une injustice. Risque alors de faire un rejet de la fratrie.
  • Finis ton assiette, il y a des enfants qui meurent de faim! Et c’est peut-être sa faute? Servez lui de petites doses et laissez-le manger à sa faim. Ne lui demandez pas de porter le poids du monde sur ses petites épaules.
  • Non mais, pour qui tu te prends ! Pour un être humain qui a le droit de s’expliquer et donner son opinion. Une punition, oui s’il déborde. Un dénigrement de sa petite personne, non!
  • Pourquoi tu ne ressembles pas à … Ne faites jamais ça, il ne sentira jamais à la hauteur et se verra toujours comme un incapable. Vous en ferez un adulte qui ne va pas jusqu’au bout de ses projets et ce sera votre faute!
  • Tais-toi maintenant et écoute moi. Demander à enfant de se taire c’est le réduire au silence. Sauf bien sûr, dans des cas extrêmes. Demandez-lui d’abord de s’expliquer avant de lui demander de vous écouter.
  • C’est pour ton bien que je fais ça. Vous parlez de vous, des efforts et des sacrifices qu’il vous faire. Ce discours n’est pas positif. A ne pas confondre avec c’est pour ton bien que je dis ça.

Dans le même ton et sur les mêmes principes, à chaque parent de trouver les formules les plus appropriées aux besoins de son enfant ou de son adolescent.

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *