APRÈS AVOIR DEVOILÉ L’SANEK MADI, DIÈSE SE DÉVOILE À NOUS

C’est à Casablanca que Dièse, la chanteuse franco-marocaine a présenté son dernier Single L’Sanek Madi. Après ce joli moment musical , la chouchou de Florent Pagny dans The Voice, s’est prêtée au jeu de la vérité en répondant à toutes nos questions.

De son vrai nom Sarah Bachir, Dièse s’est faite remarquer en 2013 lors de sa participation à l’émission The Voice, saison 2. Artiste accomplie et femme engagée, elle  séduit par sa voix, sa musique et ses belles mélodies. Rencontre.

Youssef Zerrad Parle-nous de ton parcours dans The voice. Qu’est ce que cela t’a t’il t’a apporté concrètement ?

Dièse Mon parcours dans the Voice est extraordinaire. Peu de personnes ont la chance de pouvoir participer à ce genre d’émission. Arriver en demi-finale a été une aubaine. J’y ai fait des rencontres merveilleuses. Des rencontres qui m’ont beaucoup apporté tant humainement que professionnellement.

A quel moment de ta vie a eu lieu ta rencontre avec la musique ?

Ma mère m’a inscrite au conservatoire quand j’avais 2 ans et demi. Depuis ma tendre enfance, j’ai toujours baigné dans un univers musical du fait que mes parents étaient de grands mélomanes. J’ai donc été au conservatoire toute ma vie et pour tout vous dire, j’ai même passé l’option musique au baccalauréat.

Tu as pris récemment la décision de t’installer au Maroc. Parle nous de tes projets ?

L’idée, en venant au Maroc, était de créer un pont culturel et artistique entre ma culture occidentale et marocaine. J’ai donc voulu mixer tout cela pour créer quelque chose d’original et de parlant, à la fois. D’ailleurs, nous espérons sortir notre deuxième single en novembre.

Créer un pont et rapprocher les cultures marocaines et françaises, est-ce selon toi une réponse au racisme et à l’islamophobie que l’on retrouve parfois en France ?

À travers l’art et le sport, nous avons réussi à prouver que la différence est une richesse. La France est une terre d’accueil qui est devenue ce qu’elle est grâce aux personnes qu’elle a accueillies. Grâce aux immigrés qui sont devenus des citoyens français à part entière. C’est important que l’on soit porteurs de messages positifs.

En visionnant le clip de ton single, j’ai vu en toi une artiste qui n’hésite pas à dénoncer de manière fine et humoristique la lobotomisation des jeunes par les réseaux sociaux. Est-il important pour toi d’être engagée ?

Il faut toujours se souvenir qu’il y a beaucoup de bienveillance dans les messages que je diffuse. Je ne pointe personne du doigt. L’idée était de dire que l’on peut utiliser les réseaux sociaux sans pour autant tomber dans l’addiction. En revanche, il y a d’autres causes qui me sont très chères, comme l’écologie par exemple. Je pense que les personnalités publiques qui ont une forte audience ont la responsabilité de faire passer des messages positifs, sensibiliser et informer leurs followers.

Lire Aussi  AMOUR ET ARABESQUES : LA DÉBÂCLE DES BARMÉCIDES (AL BARAMIKA)

Dièse un petit mot pour les lectrices de Enti ?

Merci à vous de suivre mon actualité, merci à vous du soutien que je vais pouvoir avoir de votre part au Maroc et j’espère pouvoir vous rencontrer très très vite. Gros bisous à toutes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *