APRÈS LA HONTE DE LA MALHAMA, LE GÉNÉRIQUE SUR LEQUEL LA TOILE S’ENFLAMMA

©Creative Piktures

Après la médiocre production de la Malhama et un démarrage raté de l’équipe nationale en Coupe du Monde, place au talent avec ce superbe générique qui retrace avec émotion l’héritage du football marocain. Un projet mené par Youssef Zerrad, producteur audiovisuel et auteur de nombreuses émissions Tv et capsules sur le web. Rencontre.

On oublie la Malhama ! A travers une fresque animée, l’auteur nous fait vivre un voyage dans le temps où l’on voit défiler les légendes du Football marocain. De Ben Kassou à Timoumi en passant par Zaki, ou encore Dolmi. De Hajji à Bassir jusqu’à Boutayeb, Benattia et Dirar, les plus grands joueurs qui ont façonné l’équipe nationale du Maroc et marqué de leur empreinte les Coupes du Monde des années 70, 86 et 98, sont les héros de ce générique à la fois épique et prenant.

APRÈS LA HONTE DE LA MALHAMA, LE GÉNÉRIQUE SUR LEQUEL LA TOILE S'ENFLAMMA
Youssef Zerrad, PDG de la boîte de productions Creative Piktures, a souhaité rendre hommage à cet héritage en produisant un générique digne des meilleures émissions sportives.

Enti : Après un parcours audiovisuel riche et diversifié, qu’est-ce qui t’a poussé à produire un tel générique ? 

Youssef Zerrad Ma plus grande motivation en tant que producteur et concepteur a toujours été de proposer des contenus avant-gardistes, originaux et créatifs. Je fonctionne par amour et par passion et c’est cela qui m’a amené à produire des émissions de surf, une émission de jeux vidéo mais aussi des capsules sur le cinéma et la culture. Personnellement, je souhaitais rendre hommage aux valeurs qu’ont véhiculé les équipes qui ont marqué le football marocain et en dernier lieu, l’équipe de Hervé Renard. Je voulais donc mettre en avant le patriotisme, la solidarité, l’esprit de groupe et le courage et par la même occasion, adresser un message fort à une jeunesse souvent en manque de repères.

Enti : Qu’aurais-tu pu nous proposer au delà de ce générique ?

Youssef Zerrad J’aurai adoré produire une émission rythmée avec des rubriques fun, du motion graphique, des micros-trottoirs, un invité star. De même que j’aurai aimé partager avec les marocain(e)s, les coulisses de l’équipe nationale durant la Coupe du Monde. Et pourquoi pas, un documentaire dans le but de garder une trace du passage des Lions de L’Atlas en Russie.

Lire Aussi  LA FILLE DE HERVE RENARD AGRESSEE APRES LA VICTOIRE DU MAROC

Enti : En tant qu’expert, que peux-tu nous dire de cette défaite de l’équipe nationale contre l’Iran ?

Youssef Zerrad Je pense que le onze de départ nous donnait le tempo. Il fallait être offensif et marquer très vite pour pousser l’équipe iranienne à attaquer à son tour et renoncer à leur stratégie de défense. Je pense aussi que nous avons manqué de réalisme. Durant les 20 premières minutes, toutes les occasions dangereuses étaient Marocaines. Malheureusement, nous avons pêché dans le dernier geste qui aurait pu ouvrir le score. Nous avons par la suite assisté à une baisse de régime qui nous a conduit vers de de nombreuses passes ratées et de graves erreurs défensives. Quant à Bouhaddouz, soyons indulgents. Au lieu de le blâmer, aidons-le plutôt à se relever. N’avons-nous pas vu Marcelo (Brésil-Croatie) marquer contre son camp lors de la Coupe du Monde en 2014 ? Lui a t’on pour autant tourner le dos ? Aujourd’hui plus que jamais, nous devons soutenir nos Lions qui doivent faire face à des adversaires beaucoup plus expérimentés. J’étais triste de voir de nombreuses personnes lyncher Hervé Renard et ses joueurs. Il est vrai que ce dernier a commis des erreurs au niveau de certains choix tactiques et que ses joueurs ont également leur part de responsabilité, mais n’oublions pas qu’il reste un grand entraîneur et que sans l’esprit qu’il a su insufflé à nos Lions, nous ne serions jamais allés jusqu’en Russie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *