COMMENT SE LIBERER DE NOS KILOS EMOTIONNELS

COMMENT SE LIBERER DE NOS KILOS EMOTIONNELS

Si vous faites partie de ces personnes qui se plaignent d’avoir des kilos en trop. Si vous avez tout essayé pour vous en débarrasser, en vain. Voilà ce votre corps essaye de vous dire.

Vous pratiquez du sport, faites des régimes plus ou moins stricts et pourtant votre balance continue à vous charger de kilos supplémentaires. Ce phénomène s’explique par l’influence de vos émotions* sur vos hormones et les kilos émotionnels concernent aussi bien les enfants que les adultes. Aucun régime ne vous fera perdre ce surpoids, bien au contraire, il ne fera que l’accroître.

Comment s’installent-ils

L’éducation reçue, en tous domaines, possède une influence majeure sur notre structure émotionnelle. Les troubles des émotions entraînent des troubles du comportement alimentaire qui provoquent à leur tour des prises de poids qui résistent aux régimes.

La fringale

La fringale est une sensation de faim qui porte sur des aliments apprécies et bien choisis. Elle n’est pas vécue dans la culpabilité, contrairement aux crises de boulimie par exemple. Psychologiquement, lorsque l’on cède à sa fringale, on a le sentiment de répondre aux besoins du corps. La fringale de sucré touche en particuliers les jeunes femmes anxieuses. Y répondre en avalant rapidement des gâteaux ou de la charcuterie, c’est comme se « shooter » de sucre ou de sérotonine qui vont vous induire vers une sensation de bien-être.

Comment s’en libérer ?

Pour lutter contre ces accès de faim, il est conseillé de se tourner vers un laitage, un fruit ou une barre protéinée et pourquoi ne pas chercher à dévorer autre chose que de la nourriture ? Comme embrasser son chéri, serrer dans ses bras le/la collègue avec lequel on s’entend si bien ou, si son porte- monnaie l’autorise, appeler son agence de voyages pour s’offrir ce week-end à Rome auquel on pense depuis des mois. L’idée étant de provoquer une émotion forte et agréable qui, sans apporter de calories, libèrera autant de sérotonine.

Paradoxalement, on peut aussi se mettre en situation de trac, de stress afin de libérer du sucre dans le sang via une sécrétion d’adrénaline. Un tour de manège, un coup de fil à votre peste de cousine pour lui dire ses quatre vérités, un mail à votre DRH dans le but de prendre rendez-vous pour demander une augmentation. Faites- vous peur pour déclencher une émotion forte positive, utile, ou qui défoule.

Comment réagir à ses émotions

Une fois repérée, une émotion négative, il importe d’agir dessus par la pensée et le comportement afin de limiter son impact délétère. Voici quelques exemples :

Si vous éprouvez de l’anxiété

Evitez des situations susceptibles de la déclencher en modifiant les pensées qui donneront suite à une réaction émotionnelle. Dites à voix haute ce qui vous inquiète et rappelez-vous des moments d’anxiété́ que vous avez déjà connus. Ils vous envahissaient, pourtant c’est aujourd’hui de l’histoire ancienne. Enfin, recherchez des solutions en les mettant par écrit.

Si vous ressentez de la colère

Ne la refoulez pas. Râlez tout haut. Téléphonez à une amie pour vous plaindre ou, mieux encore, directement à la personne concernée. Profitez du punching-ball ou du jeu vidéo de votre fils pour vous défouler. Ecrivez votre colère sous forme d’une lettre ou d’un mail que vous enverrez ou non et dans lequel apparaîtra l’ensemble de vos ressentiments et leurs raisons, ainsi que ce qui pourrait faire que vous pardonniez au responsable.

Si vous êtes triste

Laissez couler vos larmes. Le processus biochimique qui les accompagne aura un effet d’apaisement. Écoutez une musique ou prenez un livre que vous avez déjà̀ lu et qui vous fait du bien. Étudiez bien sûr les raisons apparentes et plus profondes de ce chagrin.

Lire Aussi  Régime: 50 astuces minceur pour maigrir vite et bien

C’est parfois l’envie qui crée ces kilos émotionnels. Dans, le cas de Mounia, envieuse du physique de sa collègue, le fait de la fréquenter au quotidien dans le cadre professionnel entretient ce sentiment qui s’est chronicisé. La pensée de Mounia s’est chargée de négativité́, qui s’est concrétisée, par un mécanisme de somatisation, en stockage de graisse. En outre, Mounia s’est mise à se déconsidérer. Pour Mounia et pour d’autres dans le même état émotionnel, il serait salutaire de considérer que le bonheur est possible, même si on n’a pas le corps de rêve de sa collègue.

Le poids du stress

Le stress fait grossir car il fait manger. Il agit sur le comportement alimentaire en poussant à consommer des aliments sans faim dans un but d’apaisement. À l’inverse, sauter un repas, ou ne pas manger à sa faim, peut induire un état de stress. Ainsi, les femmes vont davantage secréter de cortisol par les glandes surrénales. Cette hormone favorise le stockage des graisses dans la ceinture abdominale.

À faire chez soi

Isolez-vous dans une pièce silencieuse en prenant soin de couper toutes les sources possibles de dérangement. Allongez-vous sur un matelas ou dans une baignoire d’eau chaude dans une semi-obscurité et laissez votre esprit vagabonder. Si cela ne vient pas spontanément, passez à la deuxième étape qui consiste à retrouver des souvenirs d’enfance et à vous auto-observer, par exemple courant dans les champs ou rêvassant en salle de classe. Représentez-vous ensuite telle que vous êtes aujourd’hui dans toutes les situations de votre vie, du matin au soir. Essayez de faire défiler sous vos yeux toutes les scènes de la journée. Contemplez-vous dans un premier temps sans commentaire puis revenez au début, et commentez votre attitude dans chacune des scènes. Il s’agira de prendre visuellement du recul sur soi-même.

COMMENT SE LIBERER DE NOS KILOS EMOTIONNELS
Améliorer l’image de soi

Changer son image de soi passe par deux modes d’accès. Des actions de surface et des actions en profondeur. En surface, il faut remplacer le discours parental par son propre discours et: se convaincre que l’on a les qualités que l’on aimerait avoir. Dites-vous à voix haute, face à un miroir, que vous êtes belle ou que vous êtes digne d’amour. Se complimenter chaque matin, se chouchouter aide à s’auto-estimer. Ne laissez plus personne vous coller des étiquettes. Apprenez à répondre aux questions posées sur vous d’une autre façon que lapidaire. Prenez le temps de vous décrire. Entraînez-vous par écrit si besoin. Bien sûr, la perte de poids, contrairement à une idée trop longtemps véhiculée, n’est pas simplement une affaire de volonté. Dans le domaine alimentaire, à trop vouloir manger sur le pouce, à ne pas faire l’effort de cuisiner, de dresser la table et de s’installer confortablement pour déjeuner ou dîner, on avale plus qu’on ne mange.

Ce que l’on doit retenir

Se délester de kilos émotionnels et perdre du poids est donc possible en se protégeant et en se libérant d’émotions négatives isolées ou agrégées. Cette délivrance, associée à un rééquilibrage intérieur, permet de retrouver sa vérité intérieure et d’être enfin « soi m’aime ».

*A lire, Kilos émotionnels, comment s’en libérer par Dr Stephane Clergé aux Editions Albin Michel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *