EMILY KEENE : L’HISTOIRE DE VIE DE LA CHERIFA D’OUEZZANE

EMILY KEEN HISTOIRE DE LA VIE DE LA CHERIFA D’OUAZZANE

A 24 ans, lassée par sa vie trop conforme dans l’Angleterre Victorienne, Emily Keene décida de s’établir à Tanger où elle devint la Cherifa d’Ouezzane. L’histoire

En 1872, Emily Keene s’installa à Tanger en tant que gouvernante chez les Perdicaris, une richissime famille étrangère. C’est ainsi qu’elle fit la connaissance d’un autochtone… et pas n’importe lequel ! Un descendant du Prophète, membre de l’une des plus illustres familles du pays et chef d’une puissante confrérie religieuse. Ce personnage très influent n’est autre que Cherif Sidi Abdeslam, connu également sous le titre de Cherif d’Ouezzane.

EMILY KEEN HISTOIRE DE LA VIE DE LA CHERIFA D’OUAZZANE

Attiré par la jeune anglaise, Cherif d’Ouezzane lui fit une demande en mariage. Après quelques hésitations, elle finit par succomber au charme de cet homme fort dont elle tomba éperdument amoureuse, d’autant que celui-ci avait des goûts et idées très occidentales.

En s’unissant, les deux partenaires dressèrent un acte de mariage aussi singulier qu’intéressant et dans lequel la jeune épouse stipula toutes les clauses garantissant ses droits et intérêts. Ce mariage, l’un des premiers du genre entre un chérif marocain et une européenne, apportait la preuve que l’on pouvait concilier mariage civil et mariage selon les règles de la Charia.

Ainsi donc démarra l’aventure Emily Keene au Maroc

En acceptant de lier sa vie à celle du Cherif d’Ouezzane, Emily Keene décida de lier son sort à celui du Maroc et des Marocains. Leur contrat de mariage préserva les droits de chacun des conjoints et définit leurs devoirs et obligations sans porter préjudice à la liberté de culte. Il manifesta l’égalité de l’homme et de la femme, préserva leurs droits et en garantit la justice. En son temps, ce mariage apporta une contribution inestimable au progrès. Il fut l’expression d’une mixité heureuse et démontra qu’épouser une étrangère ne signifiait pas forcément renier ses origines, mais les irriguer et les enrichir tout en préservant son identité et les fondements de sa propre tolérance.

Lire Aussi  Manifeste des littératures francophones

EMILY KEEN HISTOIRE DE LA VIE DE LA CHERIFA D’OUAZZANE

Une façon aussi de dire que Emily Keene avait épousé un homme pas comme les autres. Par amour, pour ce dernier, elle épousa à son tour une cause nationale qui consistait à aspirer à davantage de progrès, de prospérité et de liberté. Elle épousa la détermination des femmes à sortir de l’ignorance, de l’isolement et de la marginalisation. Elle épousa la foi des adeptes de la zaouia d’Ouezzane, elle épousa les principes d’un soufisme serein, ouvert, adapté aux caractéristiques d’une époque. Elle épousa la détresse des enfants malades et en quête d’instruction. Elle épousa le destin d’une grande famille qui a marqué l’Histoire du Maroc et démontra que l’amour rime avec sacrifice, patience et courage. Par ailleurs, les ressortissants l’adoptèrent à leur tour, comme un membre à part entière de la société marocaine.

Une histoire de vie

Inspirée par sa vie nouvelle, Emily Keene se mit à écrire un livre qu’elle intitula Histoire de ma vie. Publié en 1911, dans la langue maternelle de son auteure, il fut, au delà de sa dimension biographique, un livre d’une extraordinaire richesse en vue de ses références historiques. Emily Keene nous y a livré un portrait ethnographique, sociologique et littéraire. Voilà comment une Anglaise aura découvert notre société en profondeur, relata la situation sociale et politique de son temps et nous y raconta les mentalités, le rapport à la religion, les us et coutumes de ce Maroc d’antan.

Avant sa mort, survenue en 1944, Emily Keene insista pour être inhumée à Tanger où elle repose encore aujourd’hui dans sa sépulture.

v

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *