Mima’s: l’interview sucrée-salée d’une passionnée de pâtisserie

S’il est une bonne adresse à vous donner, c’est Mima’s et s’il est une jeune femme extraordinaire à découvrir, c’est Meryem Benjelloun… parce que nous aimons toutes la pâtisserie…sucrée-salée. Entretien à déguster.

Mima’s, alias Meriem Benjelloun, fait partie de ces femmes qui ont pris le risque de changer de vie. En allant à sa rencontre, Enti découvre un petit bout de femme qui déborde d’énergie, pétillante et passionnée par son métier. Une femme qui a abandonné un parcours professionnel brillant pour donner libre cours à son rêve d’enfance.

Parle-nous de ta vie… avant Mima’s. Quel était ton rêve de petite fille? Tes études ? Ton parcours professionnel ? 

Petite, j’ai toujours admiré ma mère, elle a été un vrai modèle pour moi. Je l’ai vu se bagarrer pour ses enfants, je l’ai vu partir de rien et monter La Gazelle D’Or.  D’ailleurs, j’attendais avec impatience les vacances scolaires pour y passer mes journées, réaliser des biscuits ou imaginer de nouvelles compositions pour ses clientes… Des souvenirs gravés à jamais dans ma mémoire. J’ai donc grandi avec le rêve de suivre son chemin, préserver cet héritage familial et assurer la continuité de cette jolie histoire. Après mon baccalauréat, j’ai voulu suivre des études dans ce sens, mais les difficultés du métier m’ont vite découragée. J’ai donc opté pour une école d’informatique à Paris. A mon retour au Maroc, j’ai intégré une multinationale pendant 8 ans mais mon amour pour la pâtisserie a fini par me rattraper. Mon envie de continuer à faire briller une expérience de plus de 40 ans, m’a poussée à changer de voie et choisir celle de ma mère … 

Quelle influence a t’elle eue  sur toi ? 

Tout au long de ses 40 ans d’activité, ma mère a su construire une belle réputation dans le milieu de la pâtisserie, ce qui lui a valu d’acquérir une clientèle qui lui est restée fidèle. En cela, elle m’a fortement influencée dans mes choix de vie. C’est grâce à elle que j’ai décidé de faire de la pâtisserie, mon métier. Elle m’a tout appris et j’y ai ajouté ma touche personnelle. Une touche plus moderne, plus fraîche, qui suit les goûts et s’adapte aux exigences actuelles. Maman a été un vrai coach! Toujours été présente, elle a su me motiver, me conseiller et me soutenir. J’aimerai lui rendre hommage et la remercier pour tout ce qu’elle fait pour nous. Que Dieu la protège et protège toutes les mamans.

Comment se déroule une journée «type» dans ton métier ?

Comme la plupart des femmes, je commence ma journée en faisant des courses. C’est un moment important car en choisissant mes ingrédients, je puise aussi mon inspiration. J’interviens ensuite sur l’ensemble de la chaine de valeur en préparant les ingrédients, en élaborant de nouvelles recettes, en surveillant les temps cuisson, en participant à la mise en place et bien évidemment, en veillant à la relation que Mima’s entretient avec ses clientes. C’est sans aucun doute l’un de mes moments préférés. J’aime plus que tout accueillir mes clientes pour échanger avec elles et avoir leur feed-back à propos de nos créations.

Qui sont tes influenceurs dans le monde de la pâtisserie et où puises-tu ton inspiration pour nous livrer tes délicieuses recettes sucrées salées? 

En accueillant mes clientes, nous prenons le temps d’échanger sur les produits proposés. Cela me permet de connaître leurs goûts et leurs besoins. De ces discussions, peuvent jaillir de nouvelles idées de recettes, voire, des améliorations de produits déjà existants. Je peux vous l’assurer, ma première source d’inspiration, provient sans aucun doute, de mes clientes.

As-tu des péchés mignons culinaires

Enormément… Je vais vous faire un aveu. Je n’avais jamais réussi à goûter une corne de gazelle ou une ghrayba aux noix jusqu’au jour ou j’ai dû les proposer à mes clientes. En fait, je m’oblige de tester tous mes produits avant de les proposer à la vente, histoire de m’assurer de leur qualité. Depuis cette toute première fois, je ne peux plus m’en passer. Encore plus, depuis que Mima’s les propose en format mini.

Tes mini-macarons sont devenus une signature casablancaise, tout comme les inimitables petites ghrayba de ta maman. Quelle est ta dernière création, celle dont tu es la plus fière? 

Depuis le lancement de Mima’s, j’ai crée deux rendez-vous annuels. Le premier a lieu en septembre et l’autre, le 8 mars. Ces deux dates sont pour moi, l’occasion de me challenger et proposer à mes clientes de nouvelles créations. Les mini-macarons ont marqué la première édition, il y a plus de 5 ans. Depuis, cette signature qui est la nôtre, a été reprise par plusieurs enseignes… et j’en suis très fière.

Et la création qui fait actuellement l’unanimité parmi tes clientes … 

En me référant aux feed-back de mes clientes, et aux quantités produites, je peux dire que les Tuiles de Sésame, les Tuiles à la réglisse et les Tuiles à l’orange, sont nos best-sellers du moment. Les galettes salées aux graines font aussi l’unanimité.

En tant que femme, quelles sont les principales difficultés que tu peux rencontrer au quotidien ?

Lire Aussi  Sofia Slami: “L’égalité des genres est une cause qui me tient à cœur“

Je suis consciente que la vie n’est ni simple ni facile mais ma mère m’a éduquée avec des valeurs qui ont fait de moi une battante. Je me focalise donc sur mes objectifs et je remonte toujours les pentes. Ma conviction profonde est qu’il faut se battre pour réussir et dépasser les obstacles quelqu’ils soient.

Faut-il une qualité ou un talent particulier pour exercer ton métier ?

Je pense qu’il faut être passionné par ce métier. La passion est la clé du succès. Lorsqu’on aime, on excelle et c’est ce que recherchent les clients: l’excellence! Il faut également être persévérant, avoir de la volonté et être discipliné.

Quel est ton meilleur souvenir (professionnel) ?

Mon meilleur souvenir restera évidemment lié à la première commande reçue. Mais je reste attachée à cette satisfaction que je ressens au quotidien lorque mes clients me félicitent pour nos prestations.

Arrives-tu à concilier vie professionnelle et vie privée? Quel rôle ton mari a t’il joué dans cette belle aventure?

J’essaye (rires)… Il est vrai qu’il y a des journées plus difficiles que d’autres, mais avec ma mère, mon mari a été la première personne à m’avoir encouragée pour le lancement de Mima’s. Aujourd’hui, il est fier de moi et heureux de constater la satisfaction et les félicitations que je reçois de toutes parts. 

Tu dois certainement faire plaisir à tes proches en leur préparant plein de ch’hiwates?

Ma famille est mon baromètre. Je lui fais gouter toutes mes créations en avant-première et je prend tous les retours en considération. Sinon, comme toute femme marocaine, j’aime “bien“ recevoir et offrir ce qu’il y a de mieux, à mes invités.

Quel est ton repas préféré… Dans quel lieu, ambiance et avec qui ? 

Il n’y pas mieux que les retrouvailles familiales autour d’un bon petit plat marocain revisité. J’ai un petit faible pour le tajine de viande aux fruits caramélisés. Un vrai régal !

Comment envisages-tu Mima’s dans les 5 ans à venir?

Mon vœu le plus cher est de pouvoir un jour, servir mes clients partout au Maroc, tout en préservant notre savoir-faire artisanal qui fait notre force. De même, j’espère réaliser un rêve qui m’est cher: faire de Mima’s l’ambassadeur de la pâtisserie Marocaine en Afrique et en Europe.

Mima’s, 10-11 Rue Kergomar. Aïn Diab, Casablanca. (ruelle de la clinique littoral et clinique Guess). Téléphone: 05227-96392

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *