Nawal Houti: FBS ou comment mettre en avant de nouvelles blogueuses

Le #FashionBloggingSummit, qui s’est déroulé du 6 au 8 Octobre dernier à Marrakech, s’inscrit désormais comme un rendez-vous international de blogging mode et style de vie. Initié par Nawal Houti de Brand Factory et réalisé en partenariat avec Konnectoos, cette première édition a accueilli plus de 200 participants, dont des blogueuses marocaines et internationales, acteurs du monde du digital, marques de mode et lifestyle ainsi qu’une forte présence des médias. Entretien.

3-fbs-nawal-houti-fbs-enti-maroc
1. Nawal Houti expliquant la relation entre les agences RP et les blogueurs. 2. Avec Leïla Hadioui.

Enti: Après avoir créé une agence de relations presse en 2013, tu as organisé le premier sommet international pour les blogueuses, comment t’es venue l’idée d’un tel événement ?

Nawal Houti: Il y a un peu plus d’un an, j’ai eu recours à des blogueuses étrangères pour un client marocain. J’ai découvert un monde nouveau pour moi. A terme, je me suis demandée pourquoi ne pas faire que ces blogueuses internationales puissent rencontrer nos blogueuses marocaines et contribuer ainsi à la professionnalisation de ce nouveau métier. La réflexion n’a pas été de très longue durée. En un mois, j’avais pris la décision de lancer cet événement.

Quel est l’enjeu global ?

Ce qui s’est imposé à moi a été de créer une cellule blogging pour développer et mettre en avant de nouvelles blogueuses. Selon le profil de chacune, j’ai décidé d’accompagner des filles ayant un potentiel, de les former selon les critères de ce nouveau métier et ce, en fonction de leur spécialité, – mode, beauté – A partir de là, chacune développe son image et constitue ainsi une nouvelle blogueuse que l’on pourra ensuite proposer aux entreprises. Pour résumer, je détecte une blogueuse qui a du potentiel, je la forme et lui donne les moyens de se développer, c’est ma stratégie.

Combien de temps cela a-t-il pris pour organiser le FBS ?

La réflexion a été relativement rapide, je décide vite ! L’action a lieu en septembre. Dès octobre 2015, j’ai pris la décision d’organiser l’événement. En novembre les choses avaient lieu. Aujourd’hui, nous sommes opérationnels.

2-fbs-affiche-participants-enti-maroc
De gauche à droite et de haut en bas: Nawal Houti PDG de Brand Factory, Wahid Rouhli PDG de Konnectoos, les blogueuses internationales Angelica Blick, Sheida Fashonista et Perrine Muller, la blogueuse marocaine Yasmina Olfi, Leïla Hadioui, Kaoutar Boudaraja, Malika Ménard, Mehdi Mounir, Jacob Zawaq, Stella Cadente, Zineb Fatara alias Lady Zee, Miss Maroc 2016 Sarah Belkziz et la blogueuse Zei Beauty.

Comment peut-on fidéliser d’une blogueuse ?

La meilleure façon de fidéliser une blogueuse est de l’aider à se développer, prendre plus de dimension. Dès qu’elle commence à être sollicitée et valorise son activité, on peut dire qu’une bonne part de l’objectif est atteint .

Comment une blogueuse peut-elle influencer sa communauté ?

Pour influencer quelqu’un, et ce, dans l’absolu, il faut déjà être vraiment soi-même, savoir incarner une idée, une marque ou un produit. Une blogueuse qui n’aime pas le produit n’est pas crédible longtemps. Par exemple, à travers ses photos une blogueuse peut inciter les gens à consommer tout simplement parce qu’elle est influence, incarne un rêve ou un style particulier. Toute l’idée du ‘‘blogging’’ vient de là, de la rencontre d’une personnalité, celle de la blogueuse, et d’une attente de rêve.

Comment se positionner, donc ?

C’est simple, au fond : soit on intervient dans le haut de gamme, le milieu de gamme ou le bas de gamme. On définit son positionnement et on s’y maintient, car c’est l’image qu’on se doit de donner. Choisir une catégorie impose de la constance, sinon, on crée de la confusion.

Lire Aussi  SAINT-VALENTIN: 9 ESCAPADES A FAIRE EN AMOUREUX

Selon toi, c’est quoi la différence entre communiquer via une blogueuse et communiquer via un média classique ?

Communiquer via un média classique suppose que le temps de latence soit plus important: le temps de placer la pub sur un «support papier», qu’il soit imprimé, qu’il sorte, soit diffusé… Et lu. Le rapport au temps n’est plus le même, au fond, et c’est là toute la différence.

Et le digital ? On parle de journalisme aussi dans le digital…

Dans le journalisme digital, écrire et diffuser, c’est être est lu dans le temps qui suit, l’immédiat agit sur l’information. C’est cela la valeur ajoutée du digital, le gain de temps est évident, et il se vérifie concrètement. Toutefois, les deux, média classique et digital, sont complémentaires. Les blogueuses, quant à elles, sont destinées à communiquer avec une cible précise, notamment les jeunes qui sont sur leur smartphone.

Est ce qu’on peut mesurer le retour de la communication sur le canal d’une bloggeuse ?

Le retour c’est le nombre de “vues“, de “like“, de partages et de commentaires, ça, c’est pour la notoriété bien sûr, mais il va de soi que cela impacte le Chiffre d’affaire d’une entreprise, dans le sens où le nombre d’utilisatrices qui voudront consommer les même produits que ceux promut par leur bloggeuse préférée, sera beaucoup plus conséquent. Et l’avantage, c’est que c’est quantifiable.

Quelle est maintenant la prochaine étape ?

Après cette première expérience et surtout le fait d’avoir réalisé le FBS, première édition «mondiale», je pense que ça sera encore plus facile d’amener des blogueuses encore plus influentes l’année prochaine.

Proposer une blogueuse à une marque, est ce que c’est contractuel ou relève juste d’une traditionnelle mise en contact ?

Pour l’heure, je n’ai pas encore passé de contrat avec les clients sur les blogueuses. Le modèle que je mets en place permettra à mes blogueuses de se rémunérer sur l’impact que leurs publications auront sur les marques. Du win win, en somme.

Quelle différence faire entre une blogueuse marocaine et une bloggeuse internationale ?

Les photos des blogueuses internationales sont plus professionnelles, tout est étudié : les prises, les angles, la pose, le maquillage, la mise en beauté, les lumières… Le FBS a été pour nous un cas d’école. Il en est ressorti qu’une blogueuse doit avoir une certaine «plastique», une démarche esthétique qui la qualifie.

Pouvez-vous nous donner quelques noms de de blogueuses à suivre?

Kenza Zouiten, Chiara Ferragni, les Abdelaziz sisters avec Nadine, Alice et Farah, en passe de devenir les nouvelles Kardashian, Christina, le métier est en plein devenir !

4-fbs-soiree-gala-fbs-enti-maroc

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *