Nour-Eddine Lakhmari nous dévoile le teaser de Burn-Out

Lakhmari Photo: Khalil Nemmaoui
Photo: Khalil Nemmaoui

Le réalisateur marocain Nour-Eddine Lakhmari dévoile un premier teaser de son prochain opus, le tant attendu Burn-Out. 

Burn-Out de Nour-Eddine Lakhmari est un film qui réunit Anas El Baz, son acteur fétiche, la toute fraîche Morjana Alaoui habituée à la caméra de Leila Marrakechi, la douce Sarah Perles, l’incroyable Ilyas El Jihani et la sulfureuse Fatima Ezzahra El Jaouhari. Ce film patchwork aborde les disparités entre les différentes classes sociales.

«Ces pauvres qui haïssent les riches et ces riches qui méprisent les pauvres»

Burn-Out met l’accent sur le fait que ces classes sociales ne ne se rencontrent pas mais que seul l’amour, peut les sauver. «Casablanca c’est mon petit Maroc, c’est ma métropole, c’est mon New York . Elle me permet de faire mes films, ces films noirs qui me caractérisent. Casablanca me fascine, me fait peur» confie le réalisateur qui n’a pas hésité à consacrer ses précédents films, Casanegra et Zero, à la ville blanche.

Une histoire en patchwork

Burn-Out est un film qui aborde le sacrifice et le courage de gens ordinaires confrontés à des situations extraordinaires où les disparités sociales et économiques exacerbent leur détresse. C’est le récit de rencontres atypiques, inattendues où des personnes issues de milieux radicalement différents sont mises face à face décrivant ainsi la population contrastée et hétéroclite d’une grande ville. Ayoub, 13 ans, un jeune cireur de chaussures qui rêve d’offrir à sa mère une prothèse pour sa jambe. Jad, 40 ans, un brillant chef d’entreprise qui malgré son succès professionnel, ne peut se libérer de l’esprit de son défunt père. Ghita, sa femme, 28 ans, malheureuse en couple, propriétaire d’une galerie d’art, est prête à tout pour exposer les toiles d’un peintre qui la fascine. Monsieur Faridi, 55 ans, politicien, a perdu son fils dans un accident de voiture. Il tente depuis, de combler son manque de tendresse par les services rémunérés d’une jeune femme, Aida, 25 ans,  jeune interne des hôpitaux, menant une double vie… «Burn-Out» crée des situations inattendues où les chemins de ces personnages se croisent et c’est dans ces confrontations que nous sont montrées leur humanité et leur inhumanité, leurs joies et leurs douleurs, leurs affinités et leurs ruptures. La sortie de Burn Out est prévue pour la rentrée 2017.

Lire Aussi  Karim Alaoui nous ouvre les portes de son univers fabuleux

Nour-Eddine Lakhmari, un réalisateur engagé

Né le 15 février 1964 à Safi, Nour-Eddine Lakhmari part en 1986 étudier le cinéma en Norvège. Très vite, l’Académie de Cinéma d’Oslo l’accueille à bras ouverts. En 2005, il signe son premier long métrage à travers Le Regard et remporte plusieurs prix. En 2006, Nour-Eddine Lakhmari rentre au Maroc pour nous offrir six épisodes de El Kadia. Cette série policière, diffusée sur 2M, met en avant un personnage féminin, celui de Zineb Hajjami, officier de la brigade scientifique. S’ensuit CasaNegra en 2009. Un film noir qui remporte plusieurs prix internationaux et se voit sélectionné meilleur film en langue étrangère, lors de la 82e cérémonie des Oscars. Avec Zero, son troisième long métrage sorti en 2013, récompensé à maintes reprises et classé N°1 en box office, Nour-Eddine Lakhmari persévère avec brio dans son parcours cinématographique. Devenu en peu de temps, celui par qui, les disparités sociales sont clamées en images, Nour-Eddine Lakhmari mène un combat pour éveiller les consciences et faire en sorte que chacune de ses oeuvres soit une réflexion… dans un monde, comme dans l’autre.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *