PENSÉE ÉMUE EN HOMMAGE AU CHANTEUR MAROCAIN HAMID ZAHIR

PENSÉE ÉMUE EN HOMMAGE AU CHANTEUR MAROCAIN HAMID ZAHIR

Hamid Zahir demeurera pour toujours, un des plus grands chanteurs populaires Marocain. Rétrospective musicale et parcours de cet artiste qui vient de nous quitter.

De mère syrienne et de père boucher, Hamid Zahir est originaire de Ouled Zerrad à Kelâa Des Sraghna. Depuis son plus jeune âge, le petit garçon est attiré par la musique et le luth sur lequel il s’exerçait après ses activités en tant que garçon boucher.

En 1947, Hamid Zahir finira par faire le grand saut en se produisant à Jamaa El F’na où il côtoiera d’autres légendes de la mythique place, comme Jalok, Bakchich, Omari, Kawakibi, Ould El Foual ou encore Abdelatif Biati, un artiste non-voyant dont l’orchestre était fortement sollicité lors des soirées exclusivement réservées aux femmes. De même, Hamid Zahir y croisera la fameuse Khadija Bitit qui, par son chant, dominait la place de Jamaa El F’na, au début des années 60.

Pensée émue en hommage a Hamid Zaher

Hamid Zahir jouait du luth à sa façon, sur un tempo bien particulier. Elancé et joyeux comme le veut la longue tradition des arts populaires marocains. Une tradition où le rythme des mélopées et la fameuse chakhda, font frénétiquement vibrer dans un même temps, tous les instruments, produisant ainsi un grand tintamarre qui éveille les sens et pousse à la danse, au mouvement, à la joie de partager un moment musical unique…

Lire Aussi  You were at your Best, le clip onirique de Amine Dhobb

Ahmed Jabrane, grand chanteur de la même période, demandera ensuite à Hamid Zahir de réinterpréter à sa façon, sa célèbre chanson intitulée Lalla Fatema. Cet opus lui vaudra sa célébrité. De cette reconnaissance, naîtra un orchestre exclusivement féminin, avant d’y intégrer, un peu plus tard, des hommes.

Plus tard, Hamid composera sa fameuse chanson Ach Dak Temchi L’Zin avec le même rythme élancé, qui sera désormais sa signature. S’ensuivront les fameux Lagnaoui, Marrakech Ya Sidi Koullou Fareh Lik. Il se produira dans beaucoup de pays où il représentera dignement la chanson populaire marocaine, notamment en Tunisie où il sera décoré par le Président Bourguiba et où il chantera Kwitini Ya Naima. Cette dernière y rencontra un énorme succès.

Le décès de Hamid Zahir laissera un grand vide dans la scène marocaine et sa musique s’inscrira comme une marque indélébile dans la mémoire collective marocaine. On en retiendra sa légendaire gaieté et ses chansons au rythme jamais égalé… Repose en Paix l’Artiste…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *