QUELLES SOLUTIONS POUR L’ÉGALITÉ DES FEMMES DANS LE SECTEUR DES NTIC

QUELLES SOLUTIONS POUR L'ÉGALITÉ DES FEMMES DANS LE SECTEUR DES NTIC

Dans un monde globalisé où les femmes ont investi le secteur de l’emploi, il est de plus en plus important pour les entreprises d’avoir un modèle de carrière professionnelle impliquant autant les hommes que les femmes.

Dans un secteur à prédominance masculine comme l’informatique, il serait d’autant plus important pour les entreprises de s’engager dans la voie de l’égalité des chances. Selon l’APEBI (Fédération marocaine des technologies de l’information, des télécommunications et de l’offshoring) les femmes dans le secteur des NTIC ne représentent que 25% des effectifs au niveau national, avec des disparités régionales marquées. Si nous croisons ces chiffres avec ceux du HCP (Haut-Commissariat au Plan), on relèvera que sur certaines régions comme Tanger-Tétouan, le taux d’emploi des hommes est 6 fois supérieur à celui des femmes.

Une entreprise pour donner l’exemple

Au vu de ces chiffres, il serait important d’encourager des entreprises telle que Everis qui se démarque par sa politique de recrutement égalitaire. Située à Tetouanshore, cette filiale de la multinationale japonaise NTT Data, affiche un taux de 50% de femmes programmeurs et analystes, spécialisées dans des technologies telles que Java, Cobol, RPA, .NET et Testing. Ajoutons à cela que plus de 25% parmi ces femmes occupent des postes de responsabilité dans le management de projets et la gestion d’équipes. Dans une région où, selon les chiffres officiels du HCP, on compte 1 emploi de femme pour 6 emplois d’hommes, on applaudit donc un tel engagement. Questionné sur cette stratégie de recrutement, le DG d’Everis, Mr Fred Sabbah souligne avec fierté : « Chez everis nous prenons notre engagement pour l’égalité des chances très au sérieux. D’ailleurs, il s’agit sans aucun doute d’un facteur clé de notre réussite».

Saluons cette entreprise qui a su faire de la diversité une réalité et espérons que ce modèle inspirera et développera le recrutement des femmes dans un secteur, jusque là, réservé aux hommes.

Lire Aussi  " Irma, mon premier ouragan" le témoignage d'une marocaine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *