Shaymine, une boutique confidenti“elles“

Installé au cœur du Triangle d’Or à Casablanca, Shaymine est le nouvel espace créateur multi marques, représentant des enseignes de luxe. Pour la première fois au Maroc, on nous offre une fine sélection de créations ultra sélectes ! Visite guidée aux connaisseuses, amatrices de luxe, aux allures bohème chic.

Aurélie Bidermann

Cela fait maintenant dix ans, que la créatrice de bijoux aux allures bohème chics allie le classicisme minéral avec l’exubérance des tropiques. Pour Aurélie Bidermann, le bijou est synonyme de spontanéité, d’amusement, et de gaieté. Plus de frontière entre le précieux et la fantaisie… De Palm Springs à Rio en passant par Jaipur et saint Germain-des-Près, les feuilles de trèfles et de ginkgo vont de pair avec ornements navajos, épis de blés, pompons de soie… La haute joaillerie s’invite dans ce festival de couleurs en piquant les trognons de pommes de pierres précieuses, les grelots résonnent aux tempos des diamants, saphirs, tsavorites… Drôlement précieux et insolemment féminin, voilà le creuset créatif d’Aurélie Bidermann.

1aurelie-bidermann-shaymine-bijoux-casablanca-enti

Olympia Le-Tan

Née à Londres, Olympia Le-Tan a grandit à Pa- ris. Cette créatrice à l’imagination exubérante intègre dès l’âge de dix-neuf ans le bureau de Style de la Maison Chanel où elle travaillera aux côtés de Gilles Dufour qu’elle suivra sept ans plus tard chez Balmain. C’est d’ailleurs ensemble qu’ils créent ces fameux sacs à mains brodés. Mais c’est avec sa ligne ‘You can’t judge a book by its cover’ que la jeune femme deviendra célèbre. Une collection de sacs et de minaudières reproduisant les couvertures des premières éditions de littérature classique. Chaque minaudière, réalisée en Edition Limitée, est parée de broderies inspirées de l’Art Nouveau et du Dadaïsme. Ces petites merveilles d’originalité font le bonheur des adeptes du look ‘Less Is More’ qu’elles agrémentent à la perfection.

3olympia_le_tan_shaymine_enti

Stone By Marie Poniatowski

Depuis 2004, Marie Poniatowski la créatrice de Stone imagine des bijoux qui font écho à son his- toire. Une histoire enchantée qui s’ancre en Po- logne : cette Parisienne est issue d’une famille de la haute noblesse dont les origines remontent au XVème siècle. Son enfance est marquée par un père directeur de Vogue France qu’elle accompagne sur les séances photos et dans les défilés de New York, Milan… Sa mère, décoratrice, lui donne le goût des belles choses et de la création. En quête de rêve et de beauté, elle se tourne d’abord vers l’univers de la réalisation cinématographique avant de dé- couvrir celui du bijou. En rupture avec les pièces spectaculaires admirées dans son enfance, les col- lections de Stone traduisent la sensibilité de Marie Poniatowski. Elle invente une joaillerie moderne, accessible et facile à porter. Légers et infiniment poétiques, ses bijoux précieux s’apparentent aux ornements de l’époque victorienne qu’elle aime tant. Le diamant, éclatant sans être ostentatoire, souvent traité en taille micro, règne en maître. L’or est façonné comme de la dentelle arachnéenne. Les dormeuses, ces boucles d’oreilles typiques des parures raffinées du XIXème et formées par un élément suspendu sur une tige d’or recourbée deviennent l’emblème de Stone. Enfin, l’or foncé et les diamants noirs confèrent à ses bijoux une beauté sombre qui oscille entre rock et romantisme.

Lire Aussi  Exclu: les images du film de Sofia Coppola pour Panthère de Cartier

2marie_paniatowski_shaymine_enti

Sharing

L’histoire commence avec un parcours, un voyage, une aventure humaine. Sharing est né d’un coup de cœur pour un collier chiné lors d’un voyage qui allait mener à la rencontrer avec trois nonnes tibétaines. Exilées en Inde, après de longues années de prison à Lhassa, pour avoir participé à une manifestation pacifique contre l’occupation chinoise, elles y apprendront à confectionner des bijoux délicats de pierres fines reliées par un fil. Réfugiées en Belgique depuis 2009, elles réalisent toujours une partie des bijoux Sharing. Depuis, Sharing s’est enrichi de nouvelles rencontres et de nouvelles créations. Une coopérative de femmes tibétaines à Dharamsala ainsi qu’une famille d’artisans du Cachemire ont rejoint la maison. Chaque bijou est une pièce unique composée de pierres fines facettées et de fil. Raffinés et poétiques, ces bijoux ont une âme, une histoire. Telles de petites étincelles de lumière et de joie, ils sont un lien qui nous relie.

4sharing_shaymine_enti

Epice

Fondée en 1999 par deux designers Danois, Bess Nielsen et Jan Machenhauer, Epice est une marque précurseur haut-de-gamme d’étoles, de foulards, de carrés et de châles pour hommes et femmes. L’identité et la culture danoise étant la signature des créations de la maison Epice, leurs étoffes, méticuleusement sélectionnées pour la qualité de leurs fibres naturelles, présentent ainsi une riche palette de couleurs. En effet, celles-ci sont le reflet des nuances subtiles que l’on retrouve chez les peintres du Nord comme Vilhelm Hammershoi, Michael Peter Ancher ou dans les rues de Copenhague. Des étoles venues de contrées lointaines chargées d’histoire qui invitent l’esprit à remonter le temps… élégamment drapée.

5epice_foulars_shaymine_enti

1, rue Jbel Abouiblane, Racine, quartier Triangle d’Or, Casablanca. Tel : +212 5 22 27 24 28

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *