Coup de gueule: quand personne ne protège plus personne.

coup de gueule viol

L’espoir nous a été permis jusqu’à ce jour… jour où une monstrueuse réalité a éclaté sous nos yeux horrifiés. Nous voilà bouleversées par la banalité que représente désormais le viol dans notre merveilleux pays. Épouvantées de voir nos hommes s’armer de la caméra de leurs Smartphones au lieu de s’armer de leur courage pour empêcher trois jeunes voyous de s’attaquer à une pauvre fille sans défense.

Telle est notre triste réalité face à la violence, face à l’insécurité, face au viol et face au harcèlement que nous subissons dans nos demeures et à l’extérieur. Telle est notre triste réalité face à une génération perdue qui aurait dû représenter une richesse pour notre pays. Au lieu de cela, nous héritons d’une jeunesse laissée pour compte, non éduquée et livrée à elle-même. Décomplexée par son ignorance, découragée par l’injustice, dépassée par des infrastructures qui ne la concerne pas.

Mais sur qui allons-nous jeter la faute, cette fois-ci ?

Sur leurs parents trop occupés à devoir rembourser leurs dettes ? Sur leurs professeurs médiocrement instruits ? Sur eux-mêmes, incapables de travailler pour gagner le sou ? Sur nous qui (comme moi), nous indignons confortablement installés dans nos salons? Ou sur ces innombrables gouvernements qui se sont succédés et dont la plupart continuent à être plus soucieux de leurs intérêts personnels que celui de leur nation ?

Quels genres de monstres avez-vous créés ? Quels lendemains nous proposez-vous ? Avez-vous un plan ? Lequel et quand sera t’il appliqué ? D’ailleurs, le sera t’il ?

Lire Aussi  Enfin une boutique Adidas entièrement dédiée à nos enfants

Pour une fois, on va arrêter les fausses promesses. Nous avons été rattrapées par les conséquences de votre indifférence, par vos actes manqués, par votre incompétence. L’heure est à l’action maintenant, elle est au changement. Elle est au respect du droit de la femme de ménage qui doit prendre le bus chaque matin, de la petite fille qui se rend à l’école à pied, de la jeune maman qui doit assurer la bonne éducation de ses enfants tout en travaillant, de la femme en instance de divorce laissée en galère et dont personne ne se soucie, de la jeune fille qui craint de se faire arracher son sac à main à chaque coin de rue, de l’étudiante qui doit trouver un moyen sûr pour se rendre à la fac sans se faire insulter, de la femme en prison par la faute d’un mari qui lui a fait signer des chèques sans provisions, de la mère qui se bagarre pour offrir à ses enfants une scolarité honorable parce que le tribunal n’a toujours pas statué sur la pension alimentaire qui lui est due… Que ceux qui prétendent nous défendre commencent à donner l’exemple au lieu de partager leurs discours et opinions sur la toile. Quant à nous, l’heure est venue de devoir nous engager politiquement et socialement. Car pendant ce temps, notre triste réalité continue à faire parler de notre merveilleux pays, au delà des frontières.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *