LE (BON) ROMAN A LIRE: Le bloc des contradictions