Violences contre les femmes: un avertissement pour 2M

Suite à la plainte de l’Association Démocratique des Femmes du Maroc survenue après le scandale de l’émission Sabahyates qui enseignait aux femmes comment camoufler les traces de violences (conjugale), Le Conseil Supérieur de la communication a adressé un avertissement à 2M.

Voilà une émission qui ne sera pas passée inaperçue!

Après le dérapage commis par 2M le 23 décembre dernier, expliquant aux téléspectatrices comment camoufler des traces de violence (conjugale) par le maquillage, le Conseil supérieur de la Communication Audiovisuelle, a adressé un avertissement le 18 janvier 2017, déclarant que la société “Soread-2M a enfreint certaines dispositions légales et réglementaires“. Parmi les attendus, Le CSCA a rappelé qu’il est interdit aux chaînes audiovisuelles d’inciter directement ou indirectement, à la violence à l’égard de la femme, à son exploitation ou à son harcèlement ou à porter atteinte à sa dignité.

En plus de la notification qui devra être diffusée par 2M en début d’émission de Sabahiyates, le CSCA ordonne également sa publication dans le Bulletin Officiel. A travers cette réaction, la HACA démontre de son intérêt pour les questions qui touchent à la représentation de la violence dans notre pays, surtout lorsque celle-ci prend la forme de la plus inquiétante banalisation.

Lire Aussi  Avec Tkayes, Renault s’occupe de la sécurité de nos enfants

Avec Flawlessness by Ines, ENTI a été le premier média à réagir à travers une vidéo qui rappelle combien il est douloureux pour une femme, de subir la violence conjugale et qu’au lieu de la dissimuler, il faut au contraire la dénoncer. Ainsi doit être le rôle d’une émission telle que Sabahyates qui, rappelons-le, est suivie chaque jour, par des millers de marocaines.

Des chiffres effrayants

  • 66% des cas de violence sexuelle à l’égard des femmes se sont produits dans des lieux publics.
  • 53% des cas de violence physique ont lieu dans les lieux publics.

Ces chiffres effrayants tirés du dernier rapport de l’Observatoire national de violence à l’égard des femmes ont été rapportés par Bassima Hakkaoui, ministre de la Solidarité, de la femme et de la famille. C’était dans le cadre de l’atelier “Villes sûres sans violence à l’égard des femmes et des filles” qui a eu lieu le 24 janvier à Rabat, que la ministre a également exprimé sa volonté d’adopter le projet de loi sur la lutte contre les violences faites aux femmes. Lequel projet est actuellement au parlement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *