VOILÀ POURQUOI MADONNA S’EST SENTIE “VIOLÉE” PAR L’ARTICLE DU “NY TIMES”

Madonna n’a pas du tout apprécié le portrait, pourtant élogieux, que lui a consacré le New York Times. S’estimant “violée”, elle accuse la journaliste qui l’a écrit de “trivialité”.

Très en colère contre le portrait que lui a consacré le prestigieux New York Times. L’article “Madonna à 60 ans”, de Vanessa Grigoriadis revient sur la carrière foisonnante de la pop star, ainsi que sur sa vie de famille. “Dire que je suis déçue par l’article serait un euphémisme”, a réagi la star sur son compte Instagram. “La journaliste qui l’a écrit a passé des heures et des jours et des mois avec moi et a été invitée dans un monde que peu de gens ont l’occasion de voir”.

View this post on Instagram

Madame ❌ on the cover of N.Y.T. Magazine photographed by my dear friend @jr……….Also sharing my fav photo that never made it in, along with pre-shoot chat and a celebratory glass of wine 🍷 after many hours of work! To say that I was disappointed in the article would be an understatement- It seems. You cant fix society And its endless need to diminish, Disparage or degrade that which they know is good. Especially strong independent women. The journalist who wrote this article spent days and hours and months with me and was invited into a world which many people dont get to see, but chose to focus on trivial and superficial matters such as the ethnicity of my stand in or the fabric of my curtains and never ending comments about my age which would never have been mentioned had I been a MAN! Women have a really hard time being the champions of other women even if. they are posing as intellectual feminists. Im sorry i spent 5 minutes with her. It makes me feel raped. And yes I’m allowed to use that analogy having been raped at the age of 19. Further proof that the venerable N.Y.T. Is one of the founding fathers of the Patriarchy. And I say—-DEATH TO THE PATRIARCHY woven deep into the fabric of Society. I will never stop fighting to eradicate it. 💔

A post shared by Madonna (@madonna) on

Elle estime que la journaliste “a focalisé sur des sujets triviaux et superficiels comme l’ethnicité de ma doublure, le tissu de mes rideaux et des commentaires sans fin au sujet de mon âge, qui n’aurait jamais été mentionné si j’avais été un homme”, poursuit l’artiste qui regrette d’avoir passé ne serait-ce que cinq minute en sa compagnie. “J’ai l’impression d’être violée”, estime-t-elle même, soulignant qu’elle s’autorise à faire cette analogie car elle a été sexuellement agressée à 19 ans lorsqu’elle s’est installée à New York.

Pour Madonna, cet article est la preuve que “le prestigieux New York Times est l’un des pères fondateurs du patriarcat”. Donc “Mort au patriarcat”, conclut-elle. Ces critiques violentes et quelque peu disproportionnées quand on lit le portrait assez élogieux que fait la journaliste de la chanteuse qui, pour la première fois, révèle avoir été une des victimes de Harvey Weinsten au moment de la sortie de son documentaire “Truth or Dare”, en 1991 “Harvey a dépassé les limites. Il flirtait avec moi et me faisait des avances sexuelles lorsque nous travaillions ensemble”.

Vanessa Grigoriadis la présente notamment comme “l’artiste qui a changé les règles de la pop culture pour toujours” et sans qui “il n’y aurait pas ni Britney Spears, ni Lady Gaga et peut-être même Janelle Monae”. S’il y a eu quelques références sur son âge, elles ne sont cependant pas omniprésentes. Ce qui suppose que l’âge est un sujet sensible pour la reine de la pop, dont le nouvel album “Madame X”, sortira le 14 juin. Madonna n’a peut-être pas apprécié le réalisme de la journaliste qui n’occulte pas sa réputation de “control freak”, l’échec de son album “Rebel Heart”, la mort de sa mère qui la hante toujours ou encore ses rapports compliqués avec les médias.

Lire Aussi  GALERIE : CE QU'ON NE DOIT PAS RATER DU FESTIVAL DES MUSIQUES SACRÉES DE FÉS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *